22 octobre 2008

Cities in dust

Ca y est.Le capitalisme n'a pas vendu aux révolutionnaires Bolcheviques la corde pour le pendre, il se l'est vendue à lui-même.Dans la salle de trading ce matin, l'ambiance était de la couleur des murs : livide. Je me souviens très bien qu'un néon clignotait nerveusement dans la troisième rangée en partant du fond, comme une paupière qui bat sous l'influence d'un tic nerveux.A 9h30, le téléphone d'Amaury Albertini a sonné. Amaury a décroché, a écouté ce que son interlocuteur avait à lui dire sans broncher, puis a prononcé quelques... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

07 octobre 2008

Maison Usher

Ainsi nous nous tenons debout devant la grande baie vitrée, face à la ville plongée dans la pénombre.Devant nous, les tours de la mégalopole tombent les unes après les autres. Nous sommes dans la séquence finale de Fight Club et assistons en silence à la chute des piliers du capitalisme financier.L'effondrement de ces buildings-là nous laisse muets, comme celui des tours du World Trade Center nous avait arraché des cris et des larmes. Ici pas de victimes sautant des fenêtres éclatées, pas de corps brûlés dans les nappes de kérosène en... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 12:00 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
21 septembre 2008

Spider kiss

Je referme la porte derrière moi et elle m’embrasse. Elle m’embrasse et le baiser se prolonge un tout petit peu plus que d'habitude. Pas un baiser langoureux, non, un baiser sur les lèvres juste un peu plus long... Elle cesse. Puis elle recommence. Je perçois quelque chose d’inhabituel dans sa façon de faire. Puis l’évidence me saute au visage : elle me flaire. Elle me renifle comme un cochon truffier me passerait au scanner de ses deux cent millions de cellules réceptrices. Je me recule un peu et lui... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 22:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 août 2008

On est toujours trahis par les chiens

J'aime bien revoir mes anciens stagiaires. Ceux à qui j'ai transmis quelque chose, un peu d'humanité, d'éthique dans le boulot, celles que j'ai s... Ahem. J'aime bien revoir mes anciens stagiaires, comme celui-ci avec qui je prends un café et que je n'ai pas revu depuis dix ans. il est maintenant en charge de la stratégie internationale d’une multinationale de télécommunication Teutonne. Lui : « Tu sais, j'ai eu une super idée au boulot : fermer les services de hotline en Allemagne et les délocaliser... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 août 2008

Où l'on voit que je ne manque pas d'air

Il y a des êtres gâtés par les dieux. Pourri-gâtés, même. Des êtres humains outrageusement privilégiés, issus de lignages irréprochables, de siècles de mariages entre des femmes superbes et des hommes brillants... (ou le contraire). Je fais partie de ces créatures nées coiffées, comme on disait au vingtième siècle, et je le confesse bien volontiers car après tout je n’y suis pour rien : je suis né comme cela. Parmi ces multiples bénédictions, d’autant plus injustes qu’elle ne te ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
29 juillet 2008

Casanova pas.

Ce jour-là, dans le métro, l'homme est détendu. Il est même serein -et la chose est suffisamment rare pour être soulignée. Il se trouve même séduisant, c'est dire. Ce jour-là, l’homme a une petite lueur coquine dans l’œil, et justement sur une banquette voisine crépitent deux feux follets. Deux jolies brunettes prêtes à croquer Paris qu’elles découvrent. Elles rient d’être simplement là, même dans le métro crasseux et étouffant, même entourées de gens pour qui le quotidien a la même couleur que le jadis.... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

25 juillet 2008

Sexe, drague et Temesta

J’avais connu Raphaëlle en la voyant lire sur la scène d'un petit théâtre un texte déjanté, un horoscope louftingue pétri d’auto-dérision qui m’avait rendu amoureux d'elle aussi sûrement qu'une comète tombe sur le petit peuple de l’an mille. Nous avions quelque chose comme dix-huit ans de différence d'âge, et pourtant je lui avais expliqué que nous allions être amants, que c’était une fatalité inscrite dans les astres, une évidence. Evidemment, elle ne m’avait pas cru... Enfin, pas tout de suite. J’avais persévéré,... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
21 juillet 2008

La vie quand même

Dans le samedi des excités en bagnoles rageuses, le coup de téléphone de gens aimés. Les vibrations du scooter dans la douceur de l’air à peine estival, les tours de la Défense laissées sur la gauche. Les embrassades et les accolades peau sur peau. Les ploufs dans l’eau bleutée, malgré les frissons et la chair de poule. La trace des avions du Bourget dans les lumières de cuivre du couchant. Les cris des enfants de toutes les couleurs. L’or brillant du Meursault et du Côtes de Bergerac moelleux dans les verres à pied. Le soleil... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
16 juillet 2008

Novo

Elle me surprend toujours quand elle arrive. Je regarde quelque part et elle apparaît dans le coin de mon oeil, silhouette qui n'est jamais comme dans mon souvenir. Elle sourit, je vois ses yeux aux cils si noirs, si longs, ses cheveux mouvants qui encadrent l'ovale de son visage. L'instant d'après il y a son corps contre le mien, il y a ses seins contre mon torse, ses hanches sous la paume de ma main, ses lèvres pressées contre les miennes. Il y a l'odeur de sa peau dans mes narines, mon nez qui furète dans ses cheveux. Elle... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 22:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
03 juin 2008

Dans les dents (brosse souple)

C'est samedi soir, le petit groupe d'amis est réuni pour une soirée improvisée. Il y a du Saint-Véran dans les verres, des bougies et de la bonne musique. Notre hôte Patrick est originaire de Nice, sa femme est Mauricienne. Ils s'aiment tumultueusement depuis vingt-cinq ans et ont trois enfants magnifiques. Dans les canapés et sur les poufs il y a ma compagne et moi, jouant notre rôle de dilettantes capables de parler de tout et surtout de rien mais de façon plaisante, et puis il y a Manfoya, professeur de mathématiques... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]