10 septembre 2008

Ensemble,mais c'est tout

Elle entre dans ce wagon de métro entre Nation et Charles de Gaulle.  Elle a des traits d'une finesse rare, des pommettes saillantes, des yeux d’onyx amandine dessinés par un pinceau divin mouillé d'encre délicate. Ses lèvres sont celles de la reine Hatshepsout, à l'image de ce presque-buste dont ne subsiste au Louvre qu’une bouche brillante de volupté, désirable pour l’éternité... Même fermées, elles semblent entrebaîllées par le pouce d’un homme. Ce n’est qu’au prix d’un effort certain que je m’aperçois que,... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

05 septembre 2008

Le grand Léchant Mou

Le dimanche soir, j’ai toujours quelque réticences à me lover dans les bras de Morphée. Après tout, Morphée est un homme. Je fais donc appel à la chimie, sous la forme d’un hypnotique dont le nom commence par un thé, continue par un met, et finis sur le tas. Ce soir-là, j'avale le cachet ovale et je vais me coucher. Je sais que j’en ai pour un gros quart d’heure avant de m'endormir, alors juste avant la grande plongée je remercie la demoiselle allongée à coté de moi sous le drap pour l'agréable journée avec déjeuner au... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 09:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
26 août 2008

Charlotte So Manytimes - III (et fin)

On appelle ça une "charrette". Une charrette, synonyme de nuits blanches soutenue par des quantités déraisonnables de café fort et de ricanements imbéciles vers 4 h du matin, s'achève souvent par un document à livrer de toute urgence, le bras tremblant et tendu vers le comptoir Chronopost comme vers le Saint-Graal. Ce jour-là, donc, c'est une fin de charrette et il me faut aller chercher le résultat d'un travail à l'autre bout de Paris, puis le déposer chez un transporteur avant l’heure limite de départ. ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
23 août 2008

Charlotte So Manytimes - II

Nous déjeunons devant une table marocaine et je mange selon le rite musulman, en me servant uniquement de la main droite. Pas par souci d'harmonie avec le décor, non, mais parce que ma main gauche est fermement enserrée en haut des cuisses de ma voisine... Nous sommes en été et sous sa robe rouge à pois blancs il n’y a rien d'autre que sa peau nue et quelques taches de rousseur, le dessus comme un négatif du dessous. Elle est impeccablement épilée. Haminah a vingt et un ans et comme elle le dit souvent... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
20 août 2008

Charlotte So Manytimes - I

On n’est pas sérieux quand on a dix-huit ans... On est sacrément con quand on en a vingt ! Charlotte arrivait d’Abu Dhabi où son père était cadre expatrié. Elle avait un teint cuivré, des yeux bleus, une blondeur Scandinave et ce petit air British qui, en de rares cas, peut s’avérer sexy. Elle était à elle toute seule une invitation au voyage, mes Nouvelles Frontières à moi. Et puis elle avait une bouche à pipe. A cette époque j'étais encore vierge. Oui, à vingt ans. J'étais vierge car -regardons la réalité en... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 août 2008

The Him

Il est derrière moi.  Au moment où je tape sur cet ordinateur, il est derrière moi. Je n’ai même pas à le savoir, je le sens. Il est derrière moi depuis un certain temps, mais jamais il n’est parvenu à faire oublier qu’il est là. Silencieux, discret. En retrait. Mais bien là. Si je m’étirais un peu en arrière, je pourrais presque toucher la boucle métallique qui serre sa taille. Mais je ne le fais pas. Je n’ai pas envie de le toucher. Pour tout le monde, il est comme les autres, mais moi, je sais... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 août 2008

Rock 'n Roll never dies

Je marche dans les couloirs du siège, à Osaka. Je sens sous mes pieds l’épaisseur de la moquette qui me repousse doucement, j’ai des ailes sous les pieds. Autour de moi il y a ces gens que je ne connais pas tous. Bien sur il y a Andrew, le grand patron. Il sourit, putain s’il sourit encore plus il va se fendre la figure en deux, il me tape dans le dos, il tire sur son cigare, il y a ces chefs de produits fébriles qui donnent des appels bidons sur leur portable en parlant des langues étrangères, je suis sur qu’ils font... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 août 2008

On est toujours trahis par les chiens

J'aime bien revoir mes anciens stagiaires. Ceux à qui j'ai transmis quelque chose, un peu d'humanité, d'éthique dans le boulot, celles que j'ai s... Ahem. J'aime bien revoir mes anciens stagiaires, comme celui-ci avec qui je prends un café et que je n'ai pas revu depuis dix ans. il est maintenant en charge de la stratégie internationale d’une multinationale de télécommunication Teutonne. Lui : « Tu sais, j'ai eu une super idée au boulot : fermer les services de hotline en Allemagne et les délocaliser... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 août 2008

Où l'on voit que je ne manque pas d'air

Il y a des êtres gâtés par les dieux. Pourri-gâtés, même. Des êtres humains outrageusement privilégiés, issus de lignages irréprochables, de siècles de mariages entre des femmes superbes et des hommes brillants... (ou le contraire). Je fais partie de ces créatures nées coiffées, comme on disait au vingtième siècle, et je le confesse bien volontiers car après tout je n’y suis pour rien : je suis né comme cela. Parmi ces multiples bénédictions, d’autant plus injustes qu’elle ne te ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
01 août 2008

Dans l'Orient compliqué avec des idées simples...

Mlle Zeng est très Asiatique. Quand elle m'a fait jouir et que je ne suis plus qu'une masse de chair inerte enfoncée dans les draps, elle se penche vers moi et embrasse les grains de beauté de mon dos. L'un après l'autre, d'un baiser précis, chaud et délicat. La sensation de ses lèvres brûlantes et humides sur mon dos refroidi me permet d'abandonner la ferveur du sexe sans trop de regrets. Mademoiselle Zeng a la peau Shalimar sous une blouse de soie bleue, plus douce que le plus délicat de ses kimonos... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]