27 septembre 2006

Figure de proue

Vous l’avez remarquée. Si, vous l'avez forcément remarquée. Elle est presque toujours là, à la même place. Vous avez remarqué la façon dont elle se tient, en fléchissant une jambe puis l’autre, un peu lascive, un peu nerveuse. La façon dont elle tortille ses cheveux autour de son doigt. Vous n’avez jamais croisé son regard parce qu’elle regarde toujours dans une direction opposée à la vôtre. Vous avez quand même vu qu'elle a des yeux un peu tristes, même quand elle sourit de cet air lointain. Et qu'elle mâche un... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 15:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 septembre 2006

Phrase assassine

Ce jour-là, il fait beau. En marchant d’un pas lent, on aperçoit le soleil qui trace des raies horizontales au sommet des haies parfaitement taillées. Quelques oiseaux piaillent en se disputant un bout de laine ou un asticot. Au loin, la Micheline passe le long du contrefort, tractant ses voitures rouges et jaunes derrière un jet de fumée noire. En marchant d’un pas lent, on sent le soleil qui tape sur la joue. Les graviers qui crissent sous les pas. Ici, la bordure aurait besoin d’être refaite. Là, la pierre est... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2006

Love fools

C'était il y a longtemps, devant un poste de télévision portable qui ne bougeait jamais. C'était une de ces nuits où trop de fatigue empêchait de dormir et où l'oeil était fixé sans les voir sur les images d'un robinet à clips after hours. Je me souviens qu'il y avait eu ces cinq notes de guitare basse suivies d'une batterie jazzy et de quelques pincements de corde de Strato Caster. Et puis il y avait eu la voix de Margo Timmins, ­et derrière elle cette guitare étique, cette rythmique rachitique, un trait de... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2006

Cicatrice

Ce jour-là, il faisait beau. On s’était arrêtés sur une aire d’autoroute pour se dégourdir un peu les jambes et boire un café pour moi, un thé pour elle. On était ensuite remontés dans la voiture noire et brillante, on s’était laissés tomber dans les sièges baquets en cuir fauve. J’avais mis le contact, le V6 avait grondé comme savent le faire les moteurs italiens. Nous avions laissé l’aire de repos s'effilocher derrière nous, les rapports s’enchaînaient à la volée, l’aiguille du compte-tours gravissait le compteur... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2006

La fille, tu sais ?

Je me souviens de la couleur de la pierre du banc. Je me souviens de ses pieds nus dans ces chaussures ouvertes et comme ils se posaient légèrement sur la terre humide du chemin. Je me souviens des poches arrières de son jean. Je me souviens de la laine angora de son pull. Je me souviens du petit pli à la commissure de sa bouche. Je me souviens que ses dents étaient plus blanches à leurs arêtes. Je me souviens de la façon dont elle tenait sa cigarette. Je me souviens du balancement de sa silhouette. Je me... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2006

Machin

Tu sais, y’a des trucs, tu devrais pas y toucher. Comme celui-là, là. Que tu pensais cramé. Inerte. Inutile Foutu. Et ben t’aurais mieux fait de pas y toucher. Le truc il remarche. Et t'es bien avancé. Il pisse l’huile dans tous les sens. Il grince. Il tressaute sur l’établi. Et puis ? Et puis il va droit vers le rebord, tiens. En sautant et en hoquetant et en faisant des bruits bizarres. Et quand il va arriver au bord Il va bien se fracasser la gueule... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2006

Toys R Us

Il me revient cette expression anglaise, "tongue in cheek". "Tongue", la langue. "Cheek", les joues et aussi, les fesses... "Tongue in cheek" ça veut dire "sans se prendre au sérieux", "sans y croire", "pour rire". "Tongue in cheek"... drôle d'expression. Pourtant, si on la laisse rouler dans sa bouche, viennent des images de langue au singulier et de langues au pluriel, de fossettes souriantes et de rotondités rougies... "Tongue in... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2006

Chaud

Dans ta bouche tu sens le goût de la cigarette et du café. Mais tu ne fumes pas et tu n’as pas bu de café. Tu passes la main sur tes flancs, ils sont poisseux. Le contact de ta propre peau te répugne. Silence.L’air est épais dans tes poumons, il est épais dans la chambre, il est posé sur ton corps comme un gros chat angora. Tu as mal aux épaules et pourtant cette pensée te fait du bien.Ta langue est collée à ton palais. Le parquet craque, tu vas vers la cuisine en te râpant aux murs. Le blanc du frigo te cogne au fond des yeux. Dans... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2006

Glissements progressifs

C. n’est pas tout à fait belle. Elle l’a été. Elle a gardé de ses jeunes années une chevelure et un port de tête préraphaélites. Elle a appris de ses années de femme l’intelligence du cœur et la beauté du regard. Je le vois avancer vers moi, son corps est joliment drapé d’une robe vert anis. Je n’avais pas regretté. Je n’avais pas non plus regretté la nuit qui avait suivi. Avant que je lui avoue que je n’étais pas un homme « disponible ». Avant qu’elle me réponde qu’elle ne serait jamais ma maîtresse. Avant que je lui... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juillet 2006

Infini [n. m. - du latin finitus, noté habituellement ∞]

Dans un grand étourdissement, dans un grand retentissement, dans un grand bouleversement, le monde a disparu. Dans un grand éblouissement les brûlures du corps, les doutes, les angoisses du demain et les regrets d'hier se sont dissout dans une seule, une merveilleuse évidence.Nous jouissons.Nous jouissons et la terre s’arrête de tourner, le lit de grincer, l'air de crépiter.[Reflux] Canicule s’est laissée tomber à plat ventre sur le lit humide de nos corps en surchauffe. Je pose ma tête dans la cambrure de ses reins, ma bouche... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]