19 septembre 2007

Menteur(s)

Je ne sais pas à quel moment j'ai compris la valeur du désir avant le désir. Peut-être le jour où j'ai entendu cette phrase qui dit que le silence qui suit du Mozart est encore du Mozart. C'est peut-être à ce moment-là que j'ai compris, a contrario, que l'avant le désir était aussi, et ô combien, du désir. Cette idée m'effleure alors que la conversation entre nous est légère, presque désinvolte. Un plumetis de mots. Oh, peut-être quelque chose dans l'air, une jambe en contact avec une autre, non rien, vraiment, trois fois... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 22:21 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

13 septembre 2007

Teigne

Elle a vraiment de très beau cils. De longs cils noirs et fournis qui habillent d'ombre ses yeux sombres. Je suis en train de me dire ça tandis qu'une larme glisse au bord de ses yeux et coule, dans la rumeur de ce restaurant bruyant et bigarré. Je prends son visage dans ma main et je lèche sa joue, doucement. Je sens le sel sur ma langue, le mouillé sur ma peau. Je loupe un battement de coeur. Mais je ne lâche rien. Je vais poser des questions, encore et encore. Je vais insister. Revenir. Je vais dire non. ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 septembre 2007

Morale à la petite ceinture

J'ai d'abord remarqué le costume clair, rare en cette saison maussade et encore plus dans ce bus de la ligne PC3. J'ai remarqué les chaussures de ville de couleur marron, parfaitement coordonnées au pull à col en "V" en laine légère sur une chemise bleu ciel. Après quelque minute, j'ai remarqué enfin les yeux bridés, le visage poupin et la mollesse de la bouche. Ce n'est qu'alors que j'ai vu que le jeune homme devant moi était mongolien. Après quelques minutes, jai repensé à cette réflexion que je m'étais faite... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 17:20 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
10 septembre 2007

Happy Family Tree Friends

- Mère, racontez-moi une histoire. - Je vais te raconter l'histoire de ma cousine, C. C. a pris il y a plusieurs années la décision de ne plus sortir de chez elle. Elle vit avec les volets fermés en permanence. Elle ne sort plus faire les courses, elle demande à quelqu'un d'aller au magasin d'alimentation une fois tous les dix jours. Cette personne fait les commissions et les dépose sur le perron. Ma cousine C. attend la nuit pour sortir et les récupérer, comme elle attend la nuit pour aller prendre son courrier. Elle n'ouvre... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 septembre 2007

Chabadabada

Il est ironique (et parfaitement logique) qu’un homme adultère et une femme qui a trompé nombre de ses amoureux soient aussi préoccupés de la fidélité. Il y a quelques jours, sur la plage, elle traçait du pied de furieuses ellipes tandis que j’abordais frontalement le sujet. Je faisais l'homme, elle était femme.  Au début de notre histoire, la fidélité aurait été un sujet de plaisanterie. La passion érotico-littéraire qui nous avait jeté dans les sécrétions l’un de l’autre sur le sol d’un bureau... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:55 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 septembre 2007

Flers-en-Escre

Mon plus ancien souvenir d'un voyage de nuit en voiture évoque les lueurs rouges et vertes d'un tableau de bord, le ronronnement du moteur et, dans la radio Grandes Ondes, la mélopée déjantée de "Days of Pearly Spencer" de David Mc Williams. Mon plus récent souvenir de voyage de nuit en voiture date d'hier. L'autoroute était plus éclairée que dans mon enfance et les chauffeurs routiers avaient une vue imprenable sur les cuisses ouvertes de la jeune femme assise sur le siège passager. Ma main gauche guidait le volant,... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 18:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

04 septembre 2007

Carnaval

C'est encore un de ces jours. Un de ces foutus jours où l'on se retrouve face au miroir dans la salle de bain et où l'on se trouve laid. Un de ces jours où la moindre tentative de vêtissage se révèle vaine, et chacune pire que la précédente. La chemise blanche à col italien, seyante avant l'été, couvre le torse comme un sac. Le costume italien noir à la dernière mode flotte autour du ventre et, on en jurerait, baîlle subrepticement dans le dos. La veste du costume tombe bizarrement et l'on agite désespérément les... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
02 septembre 2007

L'homme coupé en deux

Je n'ai pas de peau. Ou si peu. Pas d'épiderme, j'entends. Pas de cette fine pellicule qui protège l'intérieur de l'extérieur. Avec la conséquence que ce que l'on me dit, ce que je vois, ce que l'on me fait entre directement à l'intérieur. Se déverse. Et brûle, gratte, chatouille, ronge, claque... c'est selon. Je n'ai pas de peau, c'est ainsi. Je prends le monde de plein fouet. Beaucoup de choses me saturent émotionnellement. Me font peur. M'inquiètent. Me débordent. Alors, il y a longtemps, sans d'abord m'en rendre compte, j'ai... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 23:24 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
01 septembre 2007

Modern talking

Nous sommes en voiture, il fait beau et T. et moi avons décidé d'aller déjeuner au soleil, dans ce grand parc un peu en-dehors de la ville. Il me parle d'un de ses amis qui vient de frôler la mort à cause d'une septicémie. Je lui demande si l'ami en question a une femme et des enfants, il me répond  "Oui, deux enfants et deux femmes". Je souris en coin tout en regardant la route. "Comme tout le monde, quoi"... Je le sens sourire. "Oui, comme tout le monde"... Je me demande combien d'hommes autour... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
26 juillet 2007

Silk Cut

Le manque d'elle m'arrive généralement comme une claque dans la gueule. C'est d'autant plus surprenant que j'ai toujours soigneusement cultivé la protection contre le manque. Enfant unique, la solitude m'a toujours été un état naturel. Homme vivant dans la séduction, sortir de la solitude m'a toujours été une facilité. De cette façon, j'ai toujours évité le manque. Soit en me suffisant à moi-même, soit allant trouver un autrui (de sexe variable) pour combler un besoin de présence, d'intelligence ou de... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]