19 novembre 2006

En corps

Presque toutes les nuits, je suis relevé. La crème au chocolat brillante et les framboises fraîches au goût d’étable. Les galettes de maïs soufflé et le chocolat noir. Presque toutes les nuits, j’ai interrogé les étagères et les clayettes. Le fromage bleu et le pain aux noix. La coppa poivrée sur un pain Poilâne grillé et frotté d’ail. Presque toutes les nuit j'ai cherché, curieux et avide. Le citron beldi croqué dans sa saumure. Les câpres au sel marinées dans le vinaigre. Presque toutes les nuits j'ai... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2006

Vorace

Au départ.... c'est une envie d'enveloppement. L'envie de prendre votre bouche avec gourmandise, avec excès. De saisir vos lèvres entre les miennes, d'aspirer doucement votre langue, petit cannibalisme érotique, de faire entrer un petit peu de vous en moi. C'est aussi l'envie de votre corps, de sentir votre réalité contre la mienne, de vous percevoir avec chaque parcelle de la peau. L'envie de sentir vos reins se cambrer contre mon ventre, de les sentir plus brûlants que la brûlure de ma propre chair... L'envie de vous appréhender... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 novembre 2006

Sacrificiel

Il s’était passé quelque chose, je le sentais. C'est sans doute pour cette raison que j’ai invité Aminah chez moi, pour la première fois. Aminah, ma maîtresse incandescente. Quand elle est entrée dans l’appartement, j’ai frémi sous l'incroyable animalité qui irradiait d'elle, comme jamais auparavant. J’ai fourré ma main dans sa chevelure rousse et bouclée et je l’ai embrassée, longuement. Elle a ôté son blouson, son chemisier et son pantalon avec son habituelle décontraction. Aucune femme ne se dénudait avec autant de... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:50 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 octobre 2006

Maître et talons

Ses hanches. Sa taille. Ses cheveux qui bouillonnent autour de ses épaules nues. Mes mains empreintes d'huile à la fleur d’oranger qui malaxent et empoignent. Mes pouces qui sinuent entre ses vertèbres. Ses nerfs qui roulent sous la pulpe de mes doigts. Mes paumes qui s’échauffent à la lueur des guirlandes. Mes genoux de part et d’autre de son corps. Mon sexe allongé sagement à la naissance de son dos. Et sa main qui part vers l’arrière, à la recherche. Qui le trouve. Qui l’empoigne. Le sang qui... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2006

La fille, tu sais ?

Je me souviens de la couleur de la pierre du banc. Je me souviens de ses pieds nus dans ces chaussures ouvertes et comme ils se posaient légèrement sur la terre humide du chemin. Je me souviens des poches arrières de son jean. Je me souviens de la laine angora de son pull. Je me souviens du petit pli à la commissure de sa bouche. Je me souviens que ses dents étaient plus blanches à leurs arêtes. Je me souviens de la façon dont elle tenait sa cigarette. Je me souviens du balancement de sa silhouette. Je me... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2006

Machin

Tu sais, y’a des trucs, tu devrais pas y toucher. Comme celui-là, là. Que tu pensais cramé. Inerte. Inutile Foutu. Et ben t’aurais mieux fait de pas y toucher. Le truc il remarche. Et t'es bien avancé. Il pisse l’huile dans tous les sens. Il grince. Il tressaute sur l’établi. Et puis ? Et puis il va droit vers le rebord, tiens. En sautant et en hoquetant et en faisant des bruits bizarres. Et quand il va arriver au bord Il va bien se fracasser la gueule... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2006

Infini [n. m. - du latin finitus, noté habituellement ∞]

Dans un grand étourdissement, dans un grand retentissement, dans un grand bouleversement, le monde a disparu. Dans un grand éblouissement les brûlures du corps, les doutes, les angoisses du demain et les regrets d'hier se sont dissout dans une seule, une merveilleuse évidence.Nous jouissons.Nous jouissons et la terre s’arrête de tourner, le lit de grincer, l'air de crépiter.[Reflux] Canicule s’est laissée tomber à plat ventre sur le lit humide de nos corps en surchauffe. Je pose ma tête dans la cambrure de ses reins, ma bouche... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2006

Chaos [n. m. - du grec khaos - confusion générale]

Canicule tangue doucement au rythme de l’introduction de mon gland. J’affecte une lenteur désinvolte, un désintéressement nonchalant. J'imagine qu'elle a les yeux fermés, tournée vers les ondes de chaleur qui parcourent l'intérieur de son corps. Au moment où je suspends mon va-et-vient et que je la laisse en pleine vacuité, elle se retourne vers moi avec un regard d’incompréhension... C’est l'instant que je choisis pour pénétrer en elle de toute ma longueur. Pas brutalement mais sans hésitation, en tenant fermement ses hanches entre... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2006

Levrette [n. f. - Femelle du lévrier, espèce de chien courant]

Je saisis les poignets de Canicule et l’attire vers moi. Elle a un petit sourire en coin. Je la traîne hors du canapé qui vient de la voir jouir, vers le lit encore parfaitement fait. Elle joue à celle qui ne comprend pas. Je la place sur le couvre-lit cramoisi comme je le ferais d’une poupée de chiffon. Une poupée dont les yeux bleus auraient une étrange lueur… A quatre pattes, chérie. Elle me dit dans un souffle qu’elle est étroite, comme si je ne le savais pas ! Elle est au bord du lit, je suis debout derrière elle. Elle ne me... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2006

Dériver [v. i. – du latin derivare - détourner]

Les doigts de Canicule s'ancrent lentement dans les draps. Sa respiration se colore d’une tessiture plus rauque… Je lève les yeux, la ligne d’horizon de ses seins monte et s’abaisse au rythme de ma langue dérivante. Je me laisse peu à peu sombrer dans la douceur de sa chair, dans le parfum de son désir, dans le goût de son sexe renflé. Mon menton ruisselle de nos deux fluides confondus. L’étourdissement me prend. Le corps en pilotage automatique, la langue douloureuse tirant sur son frein, rien d’autre n’existe plus que le souffle... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]