03 janvier 2007

Fêlures

Dans le salon de ce château Renaissance, de rares lampes sont allumées. Des étoiles en carton argenté et diverses guirlandes pendent du lustre en cristal éteint. Dans l’obscurité, des silhouettes bougent, lentement. C’est à ce moment-là que survient un bruit d’origine électronique. Ca fait « tougoudougoudou ». Puis « tougoudougoudou » encore. Et ce qui va suivre, dans une seconde, est inéluctable... « Enola Gay » explose à fond dans les enceintes et tous les convives du réveillon s’agitent tout à coup comme des... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 16:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 décembre 2006

Docteur rosse...

J’attends depuis dix minutes dans la grande salle d’attente du cabinet médical. Pour tuer le temps, je regarde les moulures de ce qui fut le salon de réception d’un grand appartement haussmannien. Les dorures ont été recouvertes de peinture blanche et le plancher dissimulé sous une moquette grise qui aurait besoin d’être changée. Des sculptures sont posées sur des cubes gris et de grandes toiles qui furent contemporaines il y a trente ans s'ennuient sur les murs. Devant la cheminée en marbre détonne une grosse tête de Bouddha de style... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 16:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 décembre 2006

Le festin de l'ogre

C’était la première fois de ma vie que j'entrais dans un cinéma et tout était immense, nouveau et grisant : la moquette rouge, les piliers pharaoniques, les cordons de velours, l’escalier monumental, les affiches de film qui faisaient dix fois ma taille. Et pas encore cette omniprésente odeur de pop-corn au beurre. Mes parent m’avaient emmené au « Lux » voir une version cinéma du Petit Poucet de Charles Perrault. Pour autant que je m’en souvienne le film était assez beau, avec force costumes chatoyants et décors... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2006

Suicide rapide

Le monde tout autour est noir, blanc et rouge. A quelques distances, c’est la sensation presque physique de l’anneau de saturne qui tourne lentement sur lui même, horaire et antihoraire. Le bruit est fort, diffus, partout. Dans une échappée brutale, c’est l’arrachement aux îles de métal, la recherche de l’apesanteur. Les gaz brûlés. C’est la descente en virage concentrique sur le flot à peine mobile. C'est la posture du funambule mécanique en équilibre sur les deux étroites bandes de caoutchouc qui l'accrochent au... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2006

Toys R Us

Il me revient cette expression anglaise, "tongue in cheek". "Tongue", la langue. "Cheek", les joues et aussi, les fesses... "Tongue in cheek" ça veut dire "sans se prendre au sérieux", "sans y croire", "pour rire". "Tongue in cheek"... drôle d'expression. Pourtant, si on la laisse rouler dans sa bouche, viennent des images de langue au singulier et de langues au pluriel, de fossettes souriantes et de rotondités rougies... "Tongue in... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2006

Chaud

Dans ta bouche tu sens le goût de la cigarette et du café. Mais tu ne fumes pas et tu n’as pas bu de café. Tu passes la main sur tes flancs, ils sont poisseux. Le contact de ta propre peau te répugne. Silence.L’air est épais dans tes poumons, il est épais dans la chambre, il est posé sur ton corps comme un gros chat angora. Tu as mal aux épaules et pourtant cette pensée te fait du bien.Ta langue est collée à ton palais. Le parquet craque, tu vas vers la cuisine en te râpant aux murs. Le blanc du frigo te cogne au fond des yeux. Dans... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2006

Nuit

Les yeux au plafond. La fenêtre grande ouverte sur la première nuit d’été. Les flammes des bougies qui vacillent dans l'air chaud. Dans la cour en bas, des talons sur les petites dalles carrées. L'écho d’un bus en pleine accélération. Le clocher qui ne cloche plus. Le silence. L’envie du large. Alors les bougies qu'on souffle. La porte refermée doucement sur soi. Le moteur qui sursaute sous la secousse du démarreur électrique. Les quais. L’odeur de l’eau. La vitesse. Le vent qui entre en force... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2006

Faut savoir

- Les filles ont pas de fierté. Tu veux que je te dise ? Elles ont pas de fierté. Non, je dis ça, c’est rien de personnel, tu sais ? Mais faut me comprendre. Je dis ça, j’ai mes raisons. On dirait pas comme ça à les voir, tu penses pas ? Quand elles traversent la rue et qu’il y a du vent entre leurs doigts Et qu’elles ont des bouts de promesse accrochés au fil des jupes Et des colères d’impossible dans les yeux. Tu penserais pas ça, hein toi ? Et pourtant, faut voir. L’été ça leur fait des... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2006

Vanitas

La foule des grands soirs se presse. Brouhaha. Rumeurs. fumées bleues et grises, mains qui se font signe et se cherchent, embrassades. Mouvements telluriques et fluides qui sinuent dans la masse. Tout le monde est là. Au balcon, je longe la rembarde cloutée de velours rouge, jette un coup d'oeil vers l'orchestre en contrebas. Une jeune femme rousse en robe verte porte un décolleté plongeant, je m'attarde une seconde. A ce moment je croise le regard d'une autre femme non loin d'elle. Qui donne un coup de coude à sa voisine. Qui se... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2006

Centraéroon

On avait dû crapahuter pendant deux heures. Deux bonnes heures. Sous un soleil de plomb, en plein mois d’août. Pour je ne sais plus quelle raison. Tout ce dont je me rappelle, c’est qu’on avait marché, marché, tellement marché que j’avais la langue collée au palais, que mes yeux étaient rougis par la sueur acide qui avait coulé dedans et que mes jambes étaient des poteaux. Des kilomètres, on avait marché. Avec l’autre con qui nous faisait chanter à tue-tête « L’eau vive » et « La mère Michel ». L'eau vive...  Foutu Centre Aéré. ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]