27 septembre 2007

Metaphysique

Si je croise votre chemin, vous ne me remarquerez sans doute pas. Si vous êtes une femme, vous remarquerez peut-être mes mains. Des mains de pianiste à ce qu'il paraît. Si vous êtes sensible à l'élégance masculine, vous apprécierez peut-être la façon dont je m'habille. J'y passe du temps. Si vous êtes sensible à la voix, vous aimerez peut-être mon timbre, ma façon de poser les mots. Bien entendu je déteste ma voix. Généralement, cependant, vous ne me remarquerez pas. Je serai pour vous cet homme anonyme, un visage de... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 22:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

11 septembre 2007

Morale à la petite ceinture

J'ai d'abord remarqué le costume clair, rare en cette saison maussade et encore plus dans ce bus de la ligne PC3. J'ai remarqué les chaussures de ville de couleur marron, parfaitement coordonnées au pull à col en "V" en laine légère sur une chemise bleu ciel. Après quelque minute, j'ai remarqué enfin les yeux bridés, le visage poupin et la mollesse de la bouche. Ce n'est qu'alors que j'ai vu que le jeune homme devant moi était mongolien. Après quelques minutes, jai repensé à cette réflexion que je m'étais faite... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 17:20 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
10 septembre 2007

Happy Family Tree Friends

- Mère, racontez-moi une histoire. - Je vais te raconter l'histoire de ma cousine, C. C. a pris il y a plusieurs années la décision de ne plus sortir de chez elle. Elle vit avec les volets fermés en permanence. Elle ne sort plus faire les courses, elle demande à quelqu'un d'aller au magasin d'alimentation une fois tous les dix jours. Cette personne fait les commissions et les dépose sur le perron. Ma cousine C. attend la nuit pour sortir et les récupérer, comme elle attend la nuit pour aller prendre son courrier. Elle n'ouvre... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 septembre 2007

Chabadabada

Il est ironique (et parfaitement logique) qu’un homme adultère et une femme qui a trompé nombre de ses amoureux soient aussi préoccupés de la fidélité. Il y a quelques jours, sur la plage, elle traçait du pied de furieuses ellipes tandis que j’abordais frontalement le sujet. Je faisais l'homme, elle était femme.  Au début de notre histoire, la fidélité aurait été un sujet de plaisanterie. La passion érotico-littéraire qui nous avait jeté dans les sécrétions l’un de l’autre sur le sol d’un bureau... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:55 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 septembre 2007

Carnaval

C'est encore un de ces jours. Un de ces foutus jours où l'on se retrouve face au miroir dans la salle de bain et où l'on se trouve laid. Un de ces jours où la moindre tentative de vêtissage se révèle vaine, et chacune pire que la précédente. La chemise blanche à col italien, seyante avant l'été, couvre le torse comme un sac. Le costume italien noir à la dernière mode flotte autour du ventre et, on en jurerait, baîlle subrepticement dans le dos. La veste du costume tombe bizarrement et l'on agite désespérément les... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
02 septembre 2007

L'homme coupé en deux

Je n'ai pas de peau. Ou si peu. Pas d'épiderme, j'entends. Pas de cette fine pellicule qui protège l'intérieur de l'extérieur. Avec la conséquence que ce que l'on me dit, ce que je vois, ce que l'on me fait entre directement à l'intérieur. Se déverse. Et brûle, gratte, chatouille, ronge, claque... c'est selon. Je n'ai pas de peau, c'est ainsi. Je prends le monde de plein fouet. Beaucoup de choses me saturent émotionnellement. Me font peur. M'inquiètent. Me débordent. Alors, il y a longtemps, sans d'abord m'en rendre compte, j'ai... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 23:24 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

01 septembre 2007

Modern talking

Nous sommes en voiture, il fait beau et T. et moi avons décidé d'aller déjeuner au soleil, dans ce grand parc un peu en-dehors de la ville. Il me parle d'un de ses amis qui vient de frôler la mort à cause d'une septicémie. Je lui demande si l'ami en question a une femme et des enfants, il me répond  "Oui, deux enfants et deux femmes". Je souris en coin tout en regardant la route. "Comme tout le monde, quoi"... Je le sens sourire. "Oui, comme tout le monde"... Je me demande combien d'hommes autour... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 mars 2007

Bouillon de mes nuits

Les yeux comme rougis, légèrement râpeux au bord de la paupière. Le nez comme bouché et la voix qui nasille un peu. A l’arrière de la langue, un corps étranger qui donne envie de se racler la gorge. L’impression d’avoir nagé dans une piscine sans avoir bien bouché son nez. D’avoir toussé en buvant un verre d’eau. Etrange. Cette sensation depuis quelques jours. Cette gêne légère, difficile à définir. Cette impression de mouillé en-dedans. Et puis soudain,... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 09:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 mars 2007

Le jour de ma mort

Je me suis souvent demandé si j’irais en enfer. J'ai souvent pensé que si j'étais cet être insatisfait, déloyal et insatiable qui déroulait élégamment au fil des pages électroniques ses turpitudes, ses faiblesses et ses envies ; si j'étais cela –et je le suis-, je serai damné.  Etre vil et immoral, ma chair rôtira en enfer, âme déchirée pour l’éternité, homme du moment condamné sur l’instant. Mon cas ne souffrira aucun doute. « Stupre, lubricité, tromperies, MENSONGE, SEXE ! » criera le bourreau.  Soit.  ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2007

Jour de fête

Le mur est noir. Mat. Dans le mur, un rectangle blanc, haut et étroit.  Quelques lettres tracées en caractères hauts.  Tout autour l’air bruisse légèrement, la lumière blanche dessine les couches de fond de teint sur les peaux.  On se sourit comme on sourit quand on appartient au même monde.  Quelques cliquetis s’élèvent dans l’air conditionné comme des poussières dans la lumière d’été.  Un bruissement monte du tapis que l’on déshabille de son voile plastique.  La lumière baisse. ... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]