L’athlète black m'avait demandé de l’accompagner au cinéma.

Elle avait choisi le film et il ne me plaisait pas, mais j'avais envie de savoir son corps à coté du mien.

Dans cette salle obscure aux sièges à deux places, elle avait posé sa main sur ma main, elle avait pris mes doigts entre les siens.

Elle m'avait dit « Tom Cruise ne fait pas son âge, il a la peau ferme et tendue, comme toi.

Je m'étais retenu de lui faire remarquer que quelques semaines avant elle me disait que j'avais un beau corps, "pour un homme agé".

La garce (bis repetita).

Elle m’avait expliqué qu’en entretien de recrutement, ses vingt-deux ans et son air doux lui faisaient du tort.

Elle m'avait dit que cela faisait longtemps qu’elle n’a pas fait l’amour avec plusieurs hommes à la fois, depuis le sport études.

Elle s'était aussi demandée à voix haute si elle aurait envie de faire l'amour avec une femme.

Elle m'avait dit qu’elle voulait que ce soit moi qui l’emmène en club échangiste.

J'avais eu l'impression qu'elle avait de plus gros seins encore que d'habitude, ils distendaient son t-shirt blanc.

Elle avait peut-être ses règles.

Nos discutions, elle avait posé sa main sur ma cuisse.

Le soleil dessinait ses épaules, ses biceps ronds et doux.

Elle parlait et je repensais à ces photos que j’avais fait d’elle, à ses reins cambrés, à ses fesses rondes et dures dans lesquelles ma verge allait et venait sous le flash.

Je repensais à son échine renflée de muscles puissants.

Je regardais ses longs cils, son blanc sourire d’africaine.

Je la regardais en face mais mes pensées étaient dans son dos...

Je repensais au plaisir trempé qu’elle prenait quand je la pénétrais de tout mon long.

Je la regardais et son corps dur et souple m'occupait peu à peu jusqu’à m’envahir.

J’avais envie de m’allonger sous elle et de laisser ses seins pendre sur mon visage.

J’avais approché ma main de sa joue.

Elle m'avait dit « Je ne veux pas te perdre, tu sais ? ».

Quelques mois plus tard, elle devait repartir pour les Etats-Unis.

-