(flash-back)

-

Il a un peu plus de soixante ans. Il a de l’allure. Il est charismatique, une gueule de baroudeur en costume anglais. Il connaît tous les hommes politiques qui sont, ont été ou seront au pouvoir. Il a travaillé pour des officines dont les activités s'opèrent dans la plus grande discrétion. Il a voyagé dans le monde entier et ses environs. Il est aimé des femmes.

-

D'aucuns se sont amusé à le comparer à un certain agent secret Britannique et d'ailleurs, comme lui, il aime les voitures de sport. Alors pour lui faire plaisir je lui avais prêté la mienne quand la sienne était au garage.

-

Il a dû la trouver bien, parce qu’il l’a gardée quatre mois...

-

Quand il me l’a enfin rendue, j’ai fait un peu la tronche : le train avant était foutu. Mais je n’ai rien dit parce que je suis un type sympa.

-

Un an plus tard, j’ai fait encore plus la tronche : le tribunal de police avait ordonné une saisie-arrêt sur mon compte bancaire au motif qu’il y avait l'équivalent de sept mille euros d’amendes impayées pour d’innombrables infractions au code de la route pendant la période où j'avais prêté ma voiture. Quand j’en ai demandé la liste, j’ai reçu un listing de quatre pages… Je n’ai même pas compris comment il était possible de récolter autant de PV en un tel laps de temps. A ce moment-là, j’ai bien failli lui expliquer les usages, au James Bond de mes deux.

-

Mais il parait que ça ne se fait pas de coller un pain dans la gueule à son père...

-