26 juillet 2007

Silk Cut

Le manque d'elle m'arrive généralement comme une claque dans la gueule. C'est d'autant plus surprenant que j'ai toujours soigneusement cultivé la protection contre le manque. Enfant unique, la solitude m'a toujours été un état naturel. Homme vivant dans la séduction, sortir de la solitude m'a toujours été une facilité. De cette façon, j'ai toujours évité le manque. Soit en me suffisant à moi-même, soit allant trouver un autrui (de sexe variable) pour combler un besoin de présence, d'intelligence ou de... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 juillet 2007

Interiors

La journée avait avancé petit à petit. Le soleil, comme pour aggraver son retard, avait plombé l'atmosphère. Derrière les volets fermés, le temps s'était écoulé dans le bruit de la foule et les klaxons excédés. La pluie orageuse avait fait s'écraser des gouttes lourdes et vindicatives sur le bitume et la chaleur s'était finalement dissipée, comme hachée. J'avais entr'ouvert les volets pour laisser l'air frais pénétrer dans l'appartement. Sur la façade de l'immeuble d'en face, de l'autre coté de la rue bruyante, une... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2007

Cagliostro

Ainsi il a fallu prendre la boue, les scories, les corps étrangers. Il a fallu prendre la triple humiliation, les incompréhensions, les doutes. Il a fallu prendre la matière informe, râpeuse, grumeleuse. Il a fallu la laisser se contracter jusqu'à ce qu'elle forme cette boule dure, dense, noire au centre du corps. Et la laisser fermenter. L'incuber au centre, la laisser peser et refroidir. Il a fallu mirer la matière, inlassablement, la faire tourner sur elle-même sans fin jusqu'à ce que ses contours se dessinent et se... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 01:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juillet 2007

Façades

La cour intérieure est jolie. Elle a été repeinte et les murs gris sale ont dorénavant une couleur claire et lumineuse qui s'épanouit sous le soleil de mai. La petite jungle domestique que la gardienne de l'immeuble entretient consciencieusement prolifère, quelques petits oiseaux vibrionnent d'une feuille à l'autre, d'une fleur à l'autre. Le soleil joue sur la verrière de l'atelier d'artiste, les pas rebondissent sur les murs. Il suffit pourtant de contourner la petite vasque en pierre et de passer... [Lire la suite]
Posté par memorandhomme à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]