- Au fait, t’as des nouvelles de Stéphane ?

- Ouais, vaguement…

- Toujours entre Paris et sa propriété dans le Perche, j'imagine ?

- Ouais... Enfin, c'est ce que j'entend dire, parce que même en semaine on ne le voit plus : il bosse comme un taré pour financer ses travaux et le week-end il supervise ses ouvriers. Il bosse tellement que ça fait six mois que je n'ai pas réussi à déjeuner avec lui !

- Il bosse vraiment comme un fou...

- Ouais. Il veut que sa maison soit parfaite, pour quand il reçoit ses amis.

- Oui, on m'a dit ça. Il a huit chambres d’amis, c'est ça ?

- Oui, et puis une piscine.

- Mais il a pas d'enfants ?

- Non, mais c'est pour ses amis qui ont des enfants.

- C’est sympa.

- Oui. Cet été il aura même un terrain de tennis. Pas pour lui, tu sais qu’il a mal aux genoux, mais pour ses amis.

- Et c'est vrai qu'il va faire construire un pavillon en retrait de la maison principale pour ses amis qui voudront être tranquilles ?

- Ouais. C’est même pour ça qu’il ne répond plus à ses mails, il a pris une super grosse mission pour financer tout ça et il bosse vingt heures par jour !

- Et elle est bien au moins, sa propriété ?

- Je sais pas, j’y suis jamais allé. Mais je crois que Carole, oui.

- Ah non, pas Carole. J'en suis sur, on en parlait la semaine dernière.

- C’est comme les B. Il leur a proposé plusieurs fois, ils n’ont jamais voulu y aller.

- Et Benjamin et sa copine non plus, jamais.

- Mais en fait, tu connais quelqu'un qui y est déjà allé ?

- Attend... non, je crois pas. A part toi.

- Ah non, moi non plus je n'y suis jamais allé.

- Il t'a jamais invité ??

- Oh si, des dizaines de fois, comme tout le monde ! Mais bon…

- Quoi ?

- Attends, passer le week-end avec un mec qui n’a que le boulot dans la vie...